#DOOM

Top 5 des moments inoubliables de DOOM - #2 : votre premier match à mort

  • 29 sept 2019
  • |
  • Par : Joe Rybicki
Top 5 des moments inoubliables de DOOM - #2 : votre premier match à mort

On sait, on sait, tous les moments de DOOM sont inoubliables. Mais certains le sont tout de même plus que d'autres. Voici cinq de nos préférés :

2. Votre premier match à mort

Si vous étiez déjà là à l'aube de l'âge d'or du jeu sur PC, vous savez déjà à quel point le multijoueur du premier DOOM a été révolutionnaire. Mais pour ceux qui n'étaient pas là, permettez-nous de vous l'expliquer.

Vous voyez, à cette époque antique, Internet tel que nous le connaissons maintenant n'existait globalement pas. Il y avait bien des connexions entre des universités et des laboratoires, et quelques chanceux pouvaient même y accéder depuis chez eux. Il y avait des systèmes de tableaux d'informations indépendants et une poignée de services commerciaux permettaient à de petits groupes de personnes d'y interagir simultanément. Mais l'Internet toujours disponible et toujours connecté que nous avons aujourd'hui n'était qu'un rêve, de même que le multijoueur en ligne que nous prenons pour acquis désormais.

Donc lorsque ce terrifiant et fantastique jeu est apparu avec sa toute nouvelle fonctionnalité multijoueur appelée “match à mort” directement intégrée, c'était comme un portail s'ouvrant sur un tout autre univers. Et c'était d'autant plus spécial qu'au départ, c'était pratiquement une option cachée. Lorsque vous lanciez une partie contre un autre joueur, vous deviez vous servir de multiples modificateurs de commandes sous DOS (ex : “>SERSETUP.EXE -dial 555-1212 -com1 -irq 1”, etc.), et ce n'est que bien plus tard que le jeu est sorti avec quelque chose s'approchant d'une interface pratique.

Mais une fois que cette connexion était faite, les modems hurlant à la mort, vous passiez dans une nouvelle ère où les ennemis n'étaient plus des lignes de programme, mais de vraies personnes, aussi rusées et aussi déterminées que vous. À partir de ce moment-là, jouer n'a plus jamais été pareil.